Nature ou culture : comment se forme la personnalité ?

Artículo revisado y aprobado por nuestro equipo editorial, siguiendo los criterios de redacción y edición de YuBrain.


Les traits d’une personne sont facilement associables à ses parents, mais caractériser et identifier l’origine de la personnalité est plus complexe. Par exemple, les yeux verts peuvent être associés à la mère et les taches de rousseur au père, et la même chose peut être dite du reste des traits physiques et de certains traits physiologiques, mais l’émotivité et le talent de chanteur n’ont généralement pas d’origine claire. Et la question qui se pose est de savoir s’il s’agit de caractéristiques et de capacités intrinsèques ou si elles ont une base génétique, héréditaire, comme des caractéristiques physiques. La question n’a pas encore eu de réponse définitive, et sur elle se maintient la discussion sur l’incidence des aspects héréditaires opposés à l’éducation, ou à l’éducation en général, dans la formation de la personnalité.

La personnalité est un concept psychologique qui n’a pas de définition univoque et qui est généralement décrit à travers ses caractéristiques. On peut dire que ce sont les sentiments, les émotions et les pensées associés au comportement d’une personne, qui s’expriment dans une continuité temporaire et dans différentes situations. C’est un aspect distinctif de chaque individu. La personnalité est déterminante dans le développement des compétences des personnes et dans leur intégration sociale.

nature ou éducation

Les termes nature et éducation, nature et culture , pour décrire les aspects héréditaires et l’incidence de l’environnement dans le développement humain remontent à la France du XIIIe siècle. Schématiquement on affirme que les gens se comportent selon leur prédisposition naturelle ou même en suivant leurs instincts animaux, ce qui est connu sous le nom de théorie de la nature du comportement humain , alors qu’en revanche on soutient que les gens pensent et se comportent en conséquence d’une certaine manière parce que on leur a appris à le faire, c’est-à-dire qu’ils l’ont acquis dans le milieu où ils se sont développés.

Les progrès de l’étude du génome humain ont mis en évidence que ce sont les deux aspects qui affectent le développement des personnes. Il y a des compétences et des traits qui sont innés, hérités, et l’éducation les façonne par l’apprentissage et la maturation que l’expérience procure. Mais la forme et le degré d’incidence de chacun des deux aspects font l’objet d’investigations et de discussions.

Hérédité

Mère et fille.
Mère et fille

Il est bien connu que des traits tels que la couleur des yeux et des cheveux sont déterminés par des gènes spécifiques codés dans chaque cellule humaine. La théorie selon laquelle les facteurs héréditaires déterminent la formation de la personnalité va plus loin en suggérant que des traits tels que l’intelligence, l’agressivité et l’orientation sexuelle peuvent également être encodés dans l’ADN d’un individu. La recherche de gènes comportementaux est une source de controverse qui implique des aspects éthiques, car il pourrait arriver que des informations génétiques soient utilisées pour ségréguer ou marginaliser des personnes en raison de leur tendance supposée à avoir un comportement antisocial.

Un aspect très controversé est l’existence d’un gène homosexuel, ce qui conduirait à l’argument selon lequel lorsqu’un tel codage génétique existe, l’orientation sexuelle des personnes serait au moins influencée par des aspects innés. Des conclusions contradictoires issues de recherches limitées et avec des prémisses incohérentes ont été publiées à plusieurs reprises. En 2018, un travail approfondi a été publié à la suite d’une collaboration entre le Broad Institute de Cambridge, Massachusetts, et la Harvard Medical School de Boston, qui a étudié les liens possibles de l’ADN avec le comportement sexuel. L’étude a déterminé qu’il existe quatre variables génétiques situées sur les chromosomes 7, 11, 12 et 15 qui semblent avoir une certaine corrélation dans l’attirance pour le même sexe. deux de ces facteurs spécifiques sont présentés par les hommes.per se , expliquant que « plutôt, la non-hétérosexualité est en partie influencée par de nombreux petits effets génétiques », précisant qu’une corrélation devrait encore être établie entre les variants qu’ils avaient identifiés et les gènes réels. Et que presque rien n’est connu sur la génétique du comportement sexuel. La conclusion finale était que les quatre variantes génétiques ne pouvaient pas être définies comme des prédicteurs de l’orientation sexuelle.

L’éducation

Environnement familial
Environnement familial

S’ils n’excluent pas complètement qu’il puisse y avoir une tendance génétique, les partisans de l’éducation comme aspect déterminant de la personnalité affirment qu’en définitive, ils ne sont pas pertinents. Ils croient que nos traits de comportement sont définis uniquement par les facteurs environnementaux qui accompagnent notre éducation. Les études sur le tempérament des nourrissons et des enfants ont fourni les arguments les plus convaincants pour cette théorie.

Le psychologue américain John Watson publie en 1920 un ouvrage qui montre que l’acquisition d’une phobie peut s’expliquer par un conditionnement classique. Pendant son séjour à l’Université Johns Hopkins, John Watson a mené une série d’expériences sur un garçon orphelin de neuf mois nommé Albert. En utilisant des méthodes similaires à celles utilisées par le physiologiste russe Ivan Pavlov avec des chiens, Watson a conditionné le nourrisson à faire certaines associations basées sur des stimuli appariés. Chaque fois que l’enfant recevait un certain objet, il était accompagné d’un bruit fort et effrayant. Au fil du temps, l’enfant a appris à associer l’objet à la peur, que le bruit soit présent ou non..

L’étude des frères jumeaux

Frères jumeaux
Frères jumeaux

L’étude du développement de la personnalité des frères jumeaux montre l’incidence de l’hérédité. Si l’on étudie le développement de deux frères jumeaux élevés dans le même milieu, auquel cas l’éducation est similaire chez les deux, on observe qu’ils ont de plus grandes similitudes que dans le cas de frères non jumeaux. Mais ils présentent également des similitudes frappantes lorsqu’ils se développent à part les uns des autres, dans des environnements différents, affichant des traits de personnalité similaires.

Si l’environnement dans lequel ils se développent n’a pas joué un rôle dans la détermination des traits et des comportements d’un individu, alors les frères jumeaux devraient avoir les mêmes personnalités, même s’ils sont élevés séparément. Des études montrent que des frères jumeaux identiques ne sont jamais exactement les mêmes, bien qu’ils soient très similaires à bien des égards. Par exemple, une étude publiée en 2000 par des chercheurs de l’hôpital St. Thomas de Londres a conclu que le sens de l’humour est un trait acquis influencé par les antécédents familiaux et culturels plutôt que par une prédétermination génétique.

Ce n’est pas la nature ou l’éducation : c’est la nature ET l’éducation

Notre comportement est-il donc prédéterminé avant notre naissance ou se développe-t-il au fil du temps en fonction de nos apprentissages et de nos expériences ? Les chercheurs s’accordent à dire qu’il n’y a pas de relation de cause à effet entre l’existence d’un gène et un comportement. Bien qu’un gène puisse augmenter la probabilité qu’une personne se comporte d’une manière particulière, il ne prédétermine pas en fin de compte le comportement. La personnalité de toute personne est une combinaison entre son héritage et son éducation.

Fontaine

Ana Gimeno-Bayon Cobos. Comprendre comment nous sommes : dimensions de la personnalité. Bilbao : Desclée de Brouwer, Bilbao, Espagne, 2006.

Michel Price. Une étude géante relie les variantes d’ADN au comportement homosexuel . . _ 20 octobre 2018.

-Publicité-

mm
Sergio Ribeiro Guevara (Ph.D.)
(Doctor en Ingeniería) - COLABORADOR. Divulgador científico. Ingeniero físico nuclear.

Artículos relacionados