Anton van Leeuwenhoek, père de la microbiologie

Artículo revisado y aprobado por nuestro equipo editorial, siguiendo los criterios de redacción y edición de YuBrain.


Antonie Van Leeuwenhoek était un marchand de textile néerlandais (mercière) et un scientifique autodidacte qui, presque à lui seul, a jeté les bases du développement de la bactériologie, de la protozoologie et de la microbiologie en général. Son travail, avec d’autres, a été absolument décisif dans la réfutation finale de l’hypothèse de la génération spontanée. À l’âge de 40 ans, Anton deviendrait la première personne à décrire les organismes unicellulaires que nous appelons aujourd’hui bactéries ; à l’époque il les appelait « animalcules », terme qui décrivait les êtres fascinants qu’il découvrait après examen d’une plaque dentaire.

Biographie et découvertes de Leeuwenhoek

Antonie van Leeuwenhoek est née à Delft, aux Pays-Bas, le 24 octobre 1632. En 1648, Leeuwenhoek a commencé à travailler comme apprenti chez un marchand de textile, ce qui l’a initié aux loupes, outils utilisés par les marchands de textile pour compter la densité des objets. à des fins de contrôle de la qualité. Vingt ans plus tard, en 1668, van Leeuwenhoek fit sa première et unique visite à Londres, où il vit une copie de Micrographia de Robert Hooke (1665) qui comprenait des images de textiles qui suscitèrent son intérêt.

Il commença à faire des observations à la loupe et en 1673 il rapporta ses premières découvertes à la Royal Society : des pièces buccales, des piqûres d’abeilles, un pou humain et un champignon. En 1676, van Leeuwenhoek jeta un coup d’œil dans l’eau et fut surpris de voir des multitudes de minuscules organismes. Ces organismes ont été les premières bactéries observées par l’homme.

Après sa découverte, Leeuwenhoek a envoyé une lettre à la Royal Society annonçant ce qui a été trouvé en détail. Ces découvertes ont provoqué l’étonnement dans la société, bien qu’elles aient également suscité un certain scepticisme; cependant, Robert Hooke a répété l’expérience et a confirmé les résultats. En reconnaissance de ses découvertes, Leeuwenhoek a été élu membre de la Royal Society en 1680, une association avec laquelle il est resté en contact pour le reste de sa vie, principalement par correspondance.

Le travail effectué a valu à Anton d’entrer dans l’histoire comme le « père de la microbiologie » car il a non seulement découvert des bactéries, mais aussi des cellules sanguines, des nématodes microscopiques et des spermatozoïdes. Il pose les bases de l’anatomie végétale et devient un expert de la reproduction animale. Il a également étudié la structure du bois et des cristaux. De plus, il a fabriqué plus de 500 microscopes pour voir des objets spécifiques, tout cela sans avoir terminé d’études supérieures et en suivant la méthode des essais et erreurs.

Enfance, adolescence et âge adulte

L’enfance d’Anton a été affectée par la mort prématurée de son père Philips Antonisz van Leeuwenhoek, décédé alors qu’Anton avait 5 ans. Des années plus tard, Margaretha Bel van den Berch, la mère d’Antonie, épousa une seconde fois l’artiste hollandais Jacob Jansz Molijn, avec qui Anton entretenait une merveilleuse relation mais qui mourut également en 1648, Leeuwenhoek étant un adolescent de 16 ans.

Après le décès de son beau-père et la même année, Anton entre comme apprenti dans un atelier de lin à Amsterdam, où il démontre rapidement ses compétences, ce qui lui permet d’être rapidement promu au poste le plus fiable à l’époque : caissier et atelier. comptable.

Des années plus tard, en 1654, Antonie retourna dans sa ville natale, Delft, où elle ouvrit sa propre boutique de draperie et de mercerie. Il y vendait également des boutons, des rubans et d’autres accessoires textiles.

C’est également en 1654 après son retour à Delft qu’Anton épousera Barbara de Mey, la fille d’un marchand de draps avec qui il aura cinq enfants, dont quatre mourront durant ses premières années de vie. En 1666, Barbara mourut et, cinq ans plus tard, Antonie se remaria avec Cornelia Swalmius, avec qui il n’eut pas d’enfants. Cornelia est décédée en 1694 et Leeuwenhoek ne s’est pas remariée.

fabrication de lentilles

Le travail d’Anton dans l’industrie textile lui a permis de travailler avec des loupes de toutes tailles pour vérifier la qualité des tissus qu’il échangeait. Son intérêt pour les outils qui lui permettaient de voir au-delà de ce qu’il ne pouvait pas voir à l’œil nu l’a conduit à la fabrication de lentilles, un défi qu’il a pu relever grâce à son expérience de la manipulation des billes de verre comme aides grossissantes.

Les premières lentilles construites par Leeuwenhoek étaient de petites sphères millimétriques. Les archives indiquent que la plus petite lentille qu’il a fabriquée mesurait 1 mm de diamètre. La raison de cette petite taille est liée à la capacité de grossissement de ces lentilles, capables d’augmenter jusqu’à 300 fois la taille réelle de ce qui est observé.

Ces petites lentilles sphériques ont ensuite été utilisées par Leeuwenhoek pour construire des microscopes avec lesquels des objets aussi petits que 1,35 microns (μm) pouvaient être observés, soit 0,00135 mm. Tout au long de ses 90 ans, Antonie en est venu à créer 500 petits microscopes qui servaient à faire des croquis du contenu de liquides comme le sang, mais aussi d’objets solides, de tissus végétaux et de tissus animaux.

Les microscopes créés par Anton Leeuwenhoek étaient trop petits et ne pouvaient pas être utilisés dans tous les domaines de recherche, mais ils ont été une source d’inspiration pour les microscopes d’aujourd’hui.

Anton van Leeuwenhoek est mort à Delft le 26 août 1723.

Sources

  • Antonie Van Leeuwenhoek. Biologistes célèbres sur Famousbiologists.org.
  • Lane, Nick. « Le Monde Invisible: Réflexions sur Leeuwenhoek (1677) ‘Concernant les Petits Animaux' ». Philosophical Transactions of the Royal Society of London Series B, Biological Sciences 370 (1666) (19 avril 2015).
  • Van Leeuwenhoek, Anton. Lettre du 12 juin 1716 à la Royal Society, citée par le Museum of Paleontology, University of California, Berkeley.
  • Image parGordon Johnson de Pixabay
-Publicité-

mm
Carolina Posada Osorio (BEd)
(Licenciada en Educación. Licenciada en Comunicación e Informática educativa) -COLABORADORA. Redactora y divulgadora.

Artículos relacionados